Les bâtiments de l'ancienne Chanca ont étè rénovés entiérement et sont devenus un centre culturel comprenant une bibliothèque et un centre d'interprétation. La chanca a été le centre de l'activité économique de Conil de la frontera pendant des siècles.

La "chanca" était un vaste espace comprenant bâtiments et patios où avaient lieu les activités liées à la pêche : traitement du poisson, conservation et maintenance du matériel ... La préparation du poisson pouvait être la salaison, le séchage ou la mise en conserve. De fait les chancas (le concept n'est pas spécifique à Conil de la frontera) étaient les endroits où se réunissaient les pêcheurs, le lieu où ils pouvaient se rencontrer et probablement bénéficier d'un certains nombres de services liés à leur profession, des syndicats ou équivalent peut-être, une protection aussi ?

La chanca de Conil était une chanca importante du fait du poids économique majeur de la pêche à Conil et sur la côte de la lumiére, mais aussi et surtout du fait de la présence de l'almadraba. La chanca de Conil a été rajouté au village pour abriter et probablement organiser l'activité de l'almadraba. On peut supposer que cette partie du village à connue son époque de gloire et d'intense activité mais tout c'est terminé brutalement lors du raz de marée de Lisbonne le 1er novembre 1755.

La chanca de Conil de la frontera, projet Andalou

La chanca de Conil de la frontera, comparée à ce que l'on peut voir chez nos voisins de la côte de la lumière, à Sancti Petri ou Zahara de los Atunes, a eut récemment la chance de bénéficier d'un projet puis d'un financement pour sa rénovation. Patios et bâtiments ont été remis à neuf pour héberger différentes activités culturelles : bibliothèque, salle de conférences, espace d'interprétation.

L'espace d'interprétation à ouvert le 23 février 2016 dans les bâtiments rénovés ou les anciens travaillaient, stockaient leur bateau, le sel, leurs outils. Il se divise en deux parties, une présentant l'histoire du village en mettant fort logiquement l'accent sur les activités de pêche, l'autre présentant le thon rouge et l'almadraba en tant que ressource de la région, économique, gastronomique ...